"Il faut cultiver notre jardin"

, par Webmaster

Cette phrase laconique se pose comme la conclusion du conte philosophique
Candide de l’écrivain phare des lumières (:p) : Voltaire, alias Jean Marie Arouet (1694-1778). Elle met fin aux aventures du jeune Candide et faire taire l’intarissable Pangloss. Ce conte constitue une attaque des théories sur l’optimisme (nous vivons dans le meilleur des mondes, et tout est fait au mieux). On peut donc voir cette phrase comme une sagesse qui énoncerait par un double sens du mot culture (culture de soi, culture du sol) l’importance d’exercer une activité pour échapper à la violence et à l’arbitraire du monde, pour se focaliser sur des aspects à taille humaine que l’on peut contrôler, et ainsi mettre fin au destin et à la divine providence qui amène parfois tant "d’atrocités inutiles". "Notre jardin" devient alors ce petit monde sur lequel nous pouvons exercer un pouvoir. Rappelons que Voltaire était un anticlérical.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom